Les voitures électriques innovantes attirent souvent notre attention mais nous suivons également de près les réflexions, même disruptives, qui sont portées sur la mobilité et plus largement sur les moyens de se déplacer.

Michaël Oualid, lui, pense que l’automobile a raté le virage du XXIème siècle !

Designer, il est épuisé par les messages stylistiques déclinés à tout va alors qu’ils sont complètement vides de sens. Il a calculé qu’il serait plus rentable pour les actionnaires, les constructeurs, les ouvriers, la planète et accessoirement les utilisateurs, d’industrialiser des histoires, des rêves. Michaël Oualid propose une solution qui s’appelle « Free Car« .

Le Free Car Project c’est quoi ?

– Les constructeurs proposent une automobile simple et solide, peu coûteuse à produire, facile à faire réparer dont le prix est extrêmement bas (entre 1€ et 5000€ suivant la stratégie de commercialisation adoptée).

– Les utilisateurs voient leur pouvoir d’achat augmenter du fait du prix bas voire de la gratuité progressive de la FREE CAR.

– Chaque fois que le conducteur s’arrête pour faire des achats grâce au lecteur de carte bancaire intégré au tableau de bord. Les commerçants lui font une ristourne de 2 % et rétrocèdent une commission au constructeur.

– Le constructeur compense le manque à gagner en procédant à des accords avec les commerçants qui sont partenaires du système.

Mickaël Oualid a récemment porté ses réflexions sur un dessin automobile Light & Open, avec Bruno Domeau et Philippe Pérès spécialistes du design contemporain.

Retrouvez ici la vidéo qui montre le résultat de cette collaboration

http://blog.slate.fr/free-car-project/